Encore connu sous le nom de jeu social ou jeu vidéo communautaire, le social gaming est un genre de jeu vidéo en ligne accessible via un réseau social. Les titres disponibles possèdent en général un mode multi joueur, de même qu’un gameplay assez riche. De plus les jeux de ce genre sont proposés via un navigateur web, mais peuvent également être disponibles à travers d’autres plateformes comme les appareils mobiles par exemple. Même si les jeux communautaires ont de nombreuses ressemblances avec le jeu vidéo classique, ils possèdent bien des particularités.

Les entreprises qui proposent du social gaming incluent les leaders du marché que sont : Zynga, Playfish et Playdom.

La raison de leur succès

Le social gaming connait du succès surtout à cause de son gameplay minimaliste, quel que soit le titre considéré. Tout est donc fait pour que les scénarios soient les plus simples possibles. Le jeu est axé sur quelques règles faciles à comprendre qui permettent aux joueurs de le prendre en main assez rapidement. Plus loin, les jeux communautaires se distinguent des jeux classiques qui requièrent un vrai investissement de la part des joueurs :

  • Temps
  • Dextérité
  • Compréhension
  • Stratégie

L’atout séduction réside surtout dans les aspects que sont la légèreté, de même que la bonne ambiance. Ces jeux sociaux se servent aussi de la carte de la récurrence, de même que la progression mécanique un niveau après l’autre. Puisque l’accessibilité est plus aisée, les joueurs sont plus fidélisés. Ils n’ont donc aucune gêne à passer d’une utilisation gratuite à payante. Plus le jeu social concerné est récurrent et plus le nombre de joueurs est régulier, ce qui permet d’en faire des clients ou des prospects. C’est un réel atout dont se servent les entreprises qui proposent ces titres.

Tous les secrets du jeu social

Le succès du social gaming ne repose pas uniquement sur le gameplay. Le canal de diffusion joue également un rôle important et la viralité du phénomène est assurée par les réseaux sociaux. La règle consiste à utiliser leur forte concentration d’abonnés pour susciter un engouement autour du jeu. Considérant par exemple Facebook, le géant bleu se distingue par sa force que constituent le nombre d’inscrits et les utilisateurs. Les multiples possibilités d’interaction sociales relatives au réseau ont permis un développement du social gaming. Il met surtout en avant le goût de la compétition des internautes, car ces derniers peuvent se comparer à leurs amis ou au reste du monde.

Par ailleurs, le social gaming ouvre de nouveaux débouchés en ce qui concerne l’acquisition de données. Les marques ont désormais plus de facilités à se procurer des informations affinitaires et comportementales. Une fois qu’un internaute installe une application de social gaming pour la première fois, il donne l’autorisation à l’éditeur d’accéder à toutes ses informations personnelles à savoir :

  • Nom
  • Prénom
  • Pseudo
  • Photos
  • Vidéos
  • Sexe
  • Liste d’amis
  • Commentaires
  • Likes

Avec des informations aussi précises, la marque-éditrice n’aura aucun mal à instaurer des stratégies pour fidéliser les utilisateurs au jeu/à la marque.

Quelques exemples de jeux communautaires

Il existe aujourd’hui de très nombreuses références en matière de social gaming. En voici quelques-unes parmi les plus célèbres :

  • Farmville: édité par Zynga, c’est l’un des jeux les plus populaires de Facebook. L’internaute assure la gestion d’une ferme et procède à l’élevage de plusieurs animaux. Des achats de ressources sont possibles via le jeu
  • Café World: édité par Zynga, le joueur incarne un patron de café. Il faudra donc satisfaire la clientèle.
  • Mafia Wars: cette autre signature de Zynga place le joueur au cœur d’une organisation criminelle. Des services sont proposés, ce qui permet de générer de l’argent pour la marque.
: